Man Hunt

Quand l'homme chasse l'homme...Votre instinct est votre seul salut!!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Help me | | Coleen Jean Finighan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Missives : 10
Date d'inscription : 20/09/2010
Age joueur : 24
T'es où? : A l'extérieur de l cité près du camp de la Horde
Occupations : La traque malheureusement....
Tu t'sens comment? : Morose & Triste

Bon à savoir
Age du perso: trente ans
Etat physique: Normal

MessageSujet: Help me | | Coleen Jean Finighan    Lun 20 Sep - 20:41

Votre passeport




●●● Coleen Jean Finighan
feat Katie Holmes
« Soumission. Patience dans l'inconfort, mais dans l'espoir d'une revanche qui en vaille la peine[Ambrose Bierce »



______*Montrez votre laisser-passer !!*


Votre niveau RP
[ ] TRES BON [ ] BON [ ] ASSEZ BON [X ] NORMAL

Age : trente ans
Groupe : Horde - Cannibale
Occupation: Chasseuse de tête, elle est là pour retrouver des personnes s'étant enfui
Caractère : Courageuse - peu regardante - déterminée - vivante - soupçonneuse - calme - assez solitaire - observatrice - reflaichie - moqueuse - debrouillarde -instinctive - empathique sur les bords
Ses faiblesses : Le principal point faible de Coleen? Son père. Pour lui, elle est prête à n'importe quoi, tuer, manger des humains, être sans pitié.. Et elle ne fait pas ça par gaieté de coeur. La vie de Doug ne tient qu'à un fil: un seul faux pas de Coleen et on le tue.
Particularité : Coleen possède un dont pour la filature, la traque et le combat rapproché.
|| Histoire ||


    Si seulement j’avais su. Si seulement j’avais su que j’allais vivre dans ce monde-là, je me serais donné la mort tout de suite. Si seulement tu m’avais prévenue maman. Si seulement tu avais su m’épargner tout ça. Si seulement…. Mais tu es morte à ma naissance. Ou du moins, c’est ce que me disait papa. Morte, enterrée, oubliée…. Pas tout à fait en fait. Non, je ne t’ai jamais oublié, et papa encore moins. Il m’a dit que j’étais née dehors, sous la pluie. Quelque par, par ici ou par là. Mais où ? Je ne le sais point malheureusent. En tout cas, tu as donné ton dernier souffle en inculpant la vie. Je ne sais pas si je dois t’en remercier. Je ne sais pas si tu aurais aimé ce que je suis devenue et ce qu’on a fait de papa et ce que les hommes ont fait de leur humanité. Je ne sais pas. Mais je ne vais pas continuer à faire éloge sur les Hommes d’aujourd’hui. J’ai du temps à rattraper avec toi. Et je crois que de là haut, tu serais curieuse de savoir ce que je suis devenue et ce que papa est devenu. Alors commençons.

    D’après les dires de papa, nous t’avons enterré dans un champ, tu avais une belle tombe. Et nous sommes partis. Nous étions des nomades, pas de clans, pas d’obligations, nous étions ni de la Citée, ni de la Horde. Et peut-être que papa aurait dû songé à m’emmener dans la Citée, je ne sais pas. Mais il en décida autrement. Tu connais sa fierté. Il n’a pas souhaité se lier à la Citée et on s’est débrouillé comme on pouvait. Hors, il est venu un temps où l’on ne trouvait plus rien à manger. Et papa a du se résigner à aller dans un clan Cannibale. Mais papa et moi n’avions jamais mangé d’homme, de femme ou d’enfant. Il trouvait ça répugnant. Alors durant les premières années de ma vie, il m’a apprit à me débrouiller toute seule, à traquer le gibier, à chasser aussi. Et surtout à être totalement silencieuse. Quelque part nous trahissions un peu le clan, mais nous étions tout de même en sécurité. C’est ainsi que j’ai apprit à aimer la nature, les animaux, les plantes et à vivre en harmonie parmi cet Univers. Le temps passe, je n’ai jamais eu de problème durant les 10 premières années de ma vie. Papa veillait sur moi et moi je veillais sur lui. Il vieillissait de jour en jour et sa tristesse de t’avoir perdu s’amplifiait peu à peu. Je crois qu’il trouvait un peu de toi en moi. Et moi, j’essayais de le faire sourire, rire et même que parfois il chantait. C’était de bons moments. C’était la candeur et les délices de l’enfance. J’aurais voulu rester à cette époque mais non. Il faut bien grandir.

    L’année de mes 10 ans fut alors marquée de plusieurs rebondissements, et ce fut la fin de mon enfance, la fin de ma candeur, la fin des rires et des sourires de papa. Nous étions partis en vadrouille, papa, un petit groupe de personne et moi. J’étais la plus jeune de l’expédition et j’étais en ligne de tête. Papa n’aimait pas ça, pas du tout même. Et puis nous sommes tombés sur des hommes et des femmes. D’autres Cannibales. Nous n’avons pas fait un pli. Nous nous sommes donc faits capturés par ses hommes et femmes. Et nous fûmes amenés à un clan. J’avais peur, je le reconnaissais. Nous attendions alors de savoir si nous allions mourir ou pas. Mais il sembla qu’il y eut des divergences dans ce clan. Alors un soir, un homme, une femme et un enfant de mon âge vinrent nous libérés. Nous leur en fûmes très reconnaissants et je dois dire que le petit garçon était bien gentil. Mais on nous vit et alors la femme qui nous avait sauvé, se battait avec une autre femme et mon père allait aider l’autre homme qui devait être le papa du petit garçon. La maman de Jaime tomba alors à terre sous nos yeux. Je compris qu’elle ne se relèverait plus jamais. J’avais prit la main de Jaime et je l’avais imploré de courir avec moi. Et nous nous enfuîmes, mon père, le papa de Jaime, le petit garçon et moi. Durant un an nous nous débrouillâmes par nos propres moyens. Un an où je retrouvais la liberté que l’on m’avait confisqué. Un an où j’appris à connaître Jaime bien qu’il ne parlait pas devenu muet parce qui était arrivé à sa mère. Je ne le comprenais que trop bien : perdre une maman, c’était terrible. Et ça faisait mal surtout. Et puis nous fûmes poursuivit par des gens, des hommes et des femmes encore et Jaime me sauva la vie. Ainsi, il pu enfin dire son premier mot depuis un an et demi. La joie fut de courte durée parce qu’on nous poursuivait toujours. Finalement, nous fûmes de nouveau capturés. Sauf Jaime qui disparut. Son père fut assassiné. Et on repéra bien vite mes talents de filature et de combat rapproché. Je fus alors victime de chantage de la par de Caïn le chef de la Horde : Si je ne lui obéissais pas, il tuait papa. Et c’était la dernière chose que je voulais. C’était la dernière personne qui me rattachait à mon passé. La dernière personne que j’aimais. Ainsi commença des années de servitudes. Des années de soumissions où je haïssais tout le monde. Où je me haïssais moi de manger des gens, des femmes, des enfants, des pères et des mères. Et surtout de me dire que peut-être parmi eux, parmi ceux que j’avais mangé, je le mangeais lui. J’obéissais au doigt et à l’œil à Caïn. Je n’avais pas le choix, la vie de papa en dépendait. Un seul faux pas, un seul refus et il était mort. Je ne le permettrais pas, je mourrais sur place s’il le fallait. Et puis on me mit entre les pattes Eden. Elle avait 15 ans à l’époque, j’en avais 20. Je dois avouer, au début, ça n’était pas la joie. Mais au fur et à mesure que le temps passait, j’apprenais à la connaître. Et derrière son côté psychopathe, elle révélait des côtés « humains » si je puis dire. Et ainsi les années passèrent, encore et encore.

    Si tu savais comme je me hais. Je me hais de manger des gens, je me hais de tuer des femmes, des enfants, des pères et des mères. Je me hais de me dire que peut-être parmi eux, Jaime est-là, dans mon assiette. Je hais ce que je suis devenue, ce que je suis obligée de faire. Je haïs ce monde, ces gens qui ont perdu toute humanité. Je haïs cette soumission qui m’oblige à tuer. Pitié maman, pardonne-moi, pardonne-moi de ce que je fais, ou je ferais. Pardon.



|| Caractère & Description ||

    Il est difficile de se décrire. L’homme a plusieurs facettes et on n’a jamais réellement fini d’apprendre à connaître quelqu’un. Alors, je vais essayer de me décrire. Je dis bien essayer. Petite, j’étais joyeuse, gentille, naïve. Et vivre dans la nature m’a apprit à perdre cette naïveté, à me méfier des gens, du monde. Il faut apprendre à mûrir vite si on veut survivre. Oui parce qu’on ne vit pas, on ne vit plus. On survit. Et c’est là toute la différence. Et pourtant, je n’arrive pas à concevoir de penser d’abord à moi et après aux autres. Je n’arriverais jamais à sacrifier un homme, un enfant, mon père pour ma survie. Non, je mourrais par sacrifice et non pas par lâcheté. Le courage. Une grande qualité, un gros défaut aussi. Je n’ai certainement pas froid aux yeux. Aujourd’hui, je n’ai plus peur de rien. Il ne faut pas avoir peur. Parce que si on a peur, on est les premiers à mourir. Surmonter ses peurs, se dépasser, aller au bout de soit même. Ce sont les règles ici. Sans ça, on crève. On crève et on sombre dans l’oublie. Alors peut-être que je serais enterrée et oubliée, mais j’aurais essayé de sauver papa, et surtout de sauver mon âme. Une âme que d’autre non plus. Je n’accorde pas ma confiance à grand monde. Je n’aime personne dans la Horde à part quelques exceptions. Je ne suis pas à ma place. Si je pouvais, je les tuerais tous, les uns après les autres. Et je souhaiterais un grand repos à leur âme maudites. Déterminée, bornée, courageuse, têtue. Quatre jolis adjectifs qui me correspondent. Parce que sans peurs, il n’y a pas de courage. Je ne parle pas beaucoup. Je n’aime pas parlé. J’ai toujours appris à garder les choses pour moi et surtout d’être silencieuse pour suivre la proie. On ne sait pas ce que je pense. On ne voit que de la grande tristesse sur mon visage. Une tristesse infinie. J’ai appris à ne plus pleurer. J’ai appris à me relever sous les coups. J’ai appris à survivre. D’une nature calme, je ne perds jamais mon sang-froid. Je ne dois pas la perdre. C’est un signe de faiblesse. Et je ne peux pas me permettre de me montrer faible. Ce serait la fin de papa et le début de ma mort. J’ai peux d’amis, je n’aime pas la foule. Je suis cent fois plus efficace seule. Solitaire, oui, mais quand quelqu’un a besoin de moi, je l’aide du mieux que je peux. Quitte à me blesser. Quitte à devoirs tuer. Quitte à devoir me passer de repas. Le peu de gens qui me connaissent vraiment vous diront que je suis fraiche, et vivante. J’aime bien apporter le sourire sur leurs lèvres. C’est toujours mieux que de les voir souffrir en continue. Mais je crois que je devais me faire plus prudente, je ne crois pas que certains apprécient ce genre de comportement. Je possède un bon sens de l’humour que d’ailleurs pas grand monde comprend. J’aime me moquer des gens, mais c’est toujours avec gentillesse. Sauf quand je n’aime vraiment pas la personne. Généralement, je deviens plus méchante. Voir, je donne un avertissement, ou j’ignore. Quand on me cherche, je reste calme, je ne m’énerve jamais. Je ne dois pas m’énerver. Jamais. Je les laisse dire ou faire. Qu’on me torture. Qu’on me fasse du mal. Je n’en ai plus rien à faire. Ce n’est pas ce qui me fait le plus mal en fait. Ce qui me fait le plus mal, c’est cette immense tristesse qui me ronge encore et encore et sans répits. Et la douleur aussi. La douleur de savoir que mon père est sans doute mort à l’heure qu’il est. Je vis constamment avec ce sursis sur ma tête. Je suis parfaitement consciente et réfléchie de ce que je dois faire. Mais je me haïs. Je me haïs de tout mon être, de tout mon âme et de tout mon corps. La chasse et la traque m’a fait développé mon instinct. Je n’ai confiance qu’en moi et moi seule. Ses années dans la nature avec papa m’on apprit à me débrouiller toute seule. Mais aussi, je déchiffre assez facilement les gens. Je sais à qui je peux faire confiance ou non. Je sais quand quelqu’un souffre. J’arrive à voir les petites choses, les petites manières des gens. L’observation est la base de la traque, de la filature.

    Ses années de chasses ont développés mon physique. Je suis plutôt petite et passe tout d’abord relativement inaperçue. C’est un bon élément. J’arrive à me cacher facilement. Et je suis d’une discrétion sans bornes. Je ne laisse jamais de traces derrière moi. Ma carrure n’est pas très imposante, elle fait penser à celle d’une enfant. Mais cela fait bien longtemps que je ne suis plus aussi enfant que ça. Mes cheveux bruns, légèrement bouclés me tombent au bas du dos. Je devrais les couper. Mais je n’ai pas envie. Ma peau est mâte. Je me fonds dans le décor sans problème. Je ne suis pas bien menaçante. Et pourtant vous devriez vous méfier de l’eau qui dort. Je ne suis pas bien menaçante, mais je possède un jeu de défense redoutable. J’aime les combats rapprochés et j’ai un corps relativement musclé. Je suis agile et entraînée. Je suis fine, élancée. J’ai appris à ne pas beaucoup manger. Premièrement parce qu’on n’a pas toujours des rations suffisantes. Mais aussi parce que je ne supporte pas manger des gens. J’ai les joues creuses. Souvent le teint terne. Mes yeux reflètent une immense tristesse qui fait peur. Il n’y a plus cette lumière qui illuminait mes yeux chocolat avant. Il n’y a plus de trace de la fillette qui rigolait avec Jaime. Mes mains sont petites, souvent sales. Je peux me montrer très brute au combat, mais aussi très douce en privée. Je sais pertinemment où vous avez mal. Je le devine, je le ressens. J’essaie de jouer de mes charmes tout en restant consciente que je ne devrais pas trop le faire.

|| Relations ||




    Colin Farell- Jaime Basinsky- Jaime. Je l’ai connu, il avait 10 ans. J’ai assisté moi aussi à la mort de sa maman et je ne pouvais que le comprendre. Il a perdu la parole après cet événement. J’ai vécue durant un an avec lui. Je lui ai apprit un peu de ce que je savais. Et lui aussi. Il m’a sauvé la vie une fois. Je lui en serais reconnaissant toute ma vie. Il me manque le petit Jaime. Je le revois encore avec ses bouts de bois, la figure sale. J’aimerais tellement savoir ce qu’il est devenu, s’il est mort, s’il est vivant. J’ai quelque chose à lui remettre. Quelque chose de très important….
    Shannyn Sossamon - Eden C. O'Connor- Eden. Je dois dire qu’au début je ne l’aimais pas. Je la pensais inhumaine. Et quelque part c’est ce qu’elle est. Quand Caïn me l’a refilé entre les pattes pour lui apprendre un peu, je n’étais pas contente. Mais je me suis pliée à ses règles comme d’habitude. Alors j’ai commencé à lui apprendre ça et là certaines choses. Pas chose facile, surtout qu’elle est relativement instable. Mais voilà, je dois dire que je me suis attachée au fur et à mesure. J’ai réussi à desceller une part d’humanité quelque par en elle. Aujourd’hui, je m’efforce de faire ressortir cette partie là d’elle. Et je suis une des rares à savoir la contrôler quand elle commence ses crises de folies.

TEST RP


    Il y a ces petits matins où l’on pense au passé. Où l’on regarde en arrière et l’on se dit que le temps d’avant était beau. Où l’on voudrait retomber en enfance, dans l’insouciance de l’enfance. Où l’on rêvait à devenir chercheur de trésor, astronaute, poète, écrivain, pompier, policier, pilote. Où l’on se faisait gronder parce qu’on avait mangé du chocolat en cachette et qu’on s’était fait prendre. Où l’on se prenait pour Superman et qu’on sauvait Loïs Lane. Où on se bagarrait pour la plus jolie fille de l’école. Où l’on apprenait le langage des signes avec une petite fille sourde et muette. Où l’on allait sur la plage et où l’on faisait des photos avec papa et maman. C’est en regardant ces photos dans un album qui se trouvait dans mon tiroir de ma table de nuit, que les souvenirs de mon enfance et que ces regrets commencèrent. C’est vrai, j’étais bien en petit garçon. Et il y a encore deux ans je l’étais. Et ce petit garçon insouciant, naïf, gentil, me manquait quelque peu. Non, je mens. Il me manquait beaucoup. Je tournais la page de l’album photo et tomba sur une photo de moi à la naissance et de mes parents qui souriaient de bonheur. Finalement, ils avaient au moins une fois fait attention à moi. C’était rassurant. Et leur sourire était sincère. Leurs yeux brillaient. Surtout ceux de maman. Ses grands yeux bleus verts me regardaient tendrement. Je passais mon doigt sur son visage. Elle me manquait elle aussi. Elle m’avait toujours manqué en fait. Et finalement, je ne la connaissais pas tant que ça. Il faut le dire, elle n’avait jamais été très présente. Comme papa. Mais comment pourrais-je leur en vouloir. J’étais leur fils, je comprenais très bien. Trop bien. Et je leur pardonnais. Ils m’élevaient du mieux qu’ils pouvaient, comme ils pouvaient. Et c’était le plus grand cadeau qu’ils puissent me faire. J’avais toujours pensé que leur amour était invincible. Et c’était le cas d’ailleurs. Ils étaient des modèles à mes yeux. Des grands modèles. Ils s’aimaient tout le temps, ne se disputaient jamais (ou alors je ne les voyais pas). Quand ils se regardaient, ils ressemblaient à des adolescents amoureux. C’était drôle, attendrissant. J’avais toujours pensé que c’était le cas. Je m’étais trompé.

    A côté de moi, sur le sol, une lettre ouverte. Je posais mon regard bleu sur elle. Je l’avais lu il y a près d’une heure d’ailleurs. L’écriture dessus était fine et belle. Maman avait toujours bien écrit. Toujours. Et j’avais hérité de son écriture. Encore une chose d’elle. Je reprise cette lettre entre mes doigts. Ils tremblaient. Je n’arrivais toujours pas à réaliser ce qui était écrit sur ce morceau de parchemin. Et je relisais ces mots fébriles, ces mots tremblants, ces mots blessants.



      Mon Elliyöt,

      Je ne sais par où commencer à vrai dire. C’est tellement long, tellement compliqué. Je crois que je vais tout d’abord m’excuser. M’excuser de n’avoir jamais daigné mettre occupé de toi. De n’avoir jamais passé de moments complices. De ne pas t’avoir mieux connu que ça. D’avoir gâché ton enfance ce matin de Noël, ce matin où tu avais huit ans et où tu étais si beau. De ne pas avoir et une mère pour toi. J’aurais tant de chose à me faire pardonner. Et tu n’as jamais rien dit. Tu as toujours trouvé ça normal toi. Tu as toujours pardonné à tes parents d’avoir été ce qu’ils sont. Et je t’en remercie mon fils adoré. Je te remercie de ta patience, de ta non-rancune. Pourtant, je ne mérite que ça. J’ai toujours mérité ça. Tout est ma faute. Je ne t’ai jamais assez dit je t’aime. Je ne t’ai pas tant couvert de baisers, de câlins. Et surtout, je ne t’ai jamais raconté d’histoires avant de te coucher. Je n’ai pas d’excuses. Tout ce que je peux te dire, c’est que je ne me rendais pas compte. J’étais aveugle.

      Tu dois te demander pourquoi je te dis tout à aujourd’hui. Je sais, tu ne t’attendais pas à cette lettre. A vrai dire moi non plus. Je ne m’attendais pas à ce que je glisse de ma plume ces mots. Et je ne m’attendais pas non plus à pleurer devant cette feuille. Je ne m’attendais pas à avoir un fils digne, un fils, gentil, généreux, beau, aimant, et qui pardonne les fautes de ses parents. Je ne m’attendais pas à le qu’il se taise devant sa douleur. Car oui mon chéri, je sais, je sais que tu te tais, et que tu souffres de nous, de notre absence. Je l’ai toujours vu, mais je me disais que je me faisais des idées, que j’étais parfaite comme maman, que je m’occupais de toi mieux que mes parents avec toi, que je te donnais tout ce dont tu avais besoin. Je me trompais. Et tu sais, je ne m’attendais pas non plus que ton père vienne me voir, avec sa valise à la main et me dise : « Je te quitte Gwendoline, j’aime une autre femme ». Je ne m’attendais pas à ce qu’il m’adresse un sourire désolé, tourne les talons, ouvre la porte d’entrée et la referme derrière lui. Je ne m’attendais pas à ce que vingt-cinq ans de mariages partent en fumée du jour au lendemain et ne se résume qu’à un cadre dans le salon. Je ne m’attendais pas à ce que les larmes me viennent et que la douleur dans mon cœur soit lacinante. Je ne m’attendais à souffrir de cette manière. Je suis désolée, mon fils. Désolée de ce que je t’apprends et de te l’apprendre de cette manière. Mais je crois que ça aurait été pire si tu étais rentré et aurait découvert la maison sans ton père. Alors je préfère te le dire par lettre. Parce que c’est plus facile. Et parce qu’il y a tant de choses qu’on ne sait pas dîtes, que je n’ai jamais osé te dire et je pense que c’est le bon moment pour tout te dire.

      Ne blâme pas ton père. Tu sais, l’amour vient et sans va, comme ça. Je sais que tu le sais. Je sais aussi que pour toi, ça n’a pas toujours été facile, notamment avec Katell. Et encore une fois, je m’excuse de ne pas avoir été là pour te consoler. D’avoir été impuissante à ta détresse. Et de ne pas t’avoir consolé. De ne pas t’avoir dit que moi, je t’aimerais toute ma vie, comme au premier jour. Comme à ta naissance, où je t’ai tenu dans mes bras. Je t’ai aimé dés la première seconde, dés le premier regard. C’était une évidence. Et ton père aussi. Lui aussi il t’a aimé et t’aime toujours. Ne doute jamais de cet amour, de notre amour pour toi. Tu seras toujours notre fils. Même-si on ne vit plus ensembles, même si on ne se voit plus, même si les choses changent. Je t’aime Elliyöt. Je t’aime de tout mon cœur mon fils. Aujourd’hui, j’ai fait un gâteau aux pommes, ton préféré. J’y ai planté une bougie, je l’ai allumé et j’ai fêté notre première soirée tous les deux. Sans toi certes, mais ça compte quand même et quand tu reviendras, on renouvellera ça. On aura alors notre premier dîné en amoureux, et tu me raconteras alors ta vie à Poudlard, ta vie amoureuse, ta vie d’avant et ce que tu envisages pour plus tard. J’y tiens et cette fois, je tiendrais à ma promesse. Je te demande de me faire confiance et encore une fois, pardonne-nous, pardonne-lui et pardonne-moi de t’a voir délaissé.

      J’espère te revoir bientôt mon chéri. Je t’aime fort, je pense à toi chaque jour et chaque nuit. Ton père t’enverra bientôt une lettre je pense.

      Je t’aime,


    Ta maman. »

    [color=Black]Je sentis alors les larmes me monté. J’avais attendu depuis trop longtemps ces mots. Trop d’années à espérer des excuses, à guetter un signe d’eux. Il leur aura fallut dix-sept ans pour me dire enfin qu’ils m’aimaient. Enfin, c’était surtout ma mère. Elle avait fait le premier pas. Comme une maman normale, le faisait à son enfant. Je ne savais pas quoi dire, pas quoi répondre à cette lettre pour le moins surprenante. Je ne savais pas non plus pour quoi je pleurais. Etait-ce pour les mots doux et les « je t’aime » de ma mère, ou parce que mon père est partit ? Je crois que c’était un peu des deux. Papa, partit. Quel drôle de pensée. Il fallait dire aussi qu’il n’avait jamais été trop là. J’étais habitué à cette non-présence constante. J’étais habitué à ses silences, à ses « bonne nuit » silencieux. Et je savais très bien qu’il n’avait jamais été fidèle. J’avais dix ans à l’époque quand maman avait trouvé un rouge à lèvre dans sa poche de veste. Il lui avait juré qu’il ne savait pas d’où ça venait, que ça devait être un de ses collègues de travail qui lui avait mis dedans. J’étais petit à l’époque et j’en avais plus apprit en une nuit sur l’infidélité que dans les séries télévisées. Alors j’avais l’habitude. Je continuais de fixer la lettre. Et mon regard s’arrêta sur un prénom que je ne connaissais que trop bien. Katell. Avec elle aussi j’en avais plus apprit sur l’infidélité.

    Ma main vient effacer la larme solitaire qui coulait sur ma joue et je reposais la lettre sur le sol, là où elle avait été quelques instants auparavant. Je tournais la page de mon album. Puis encore une autre. Chaque photo était un souvenir, une époque. Et puis j’arrivais sur cette photo de Lulvia et moi. Nous avions quinze ans à l’époque. On était ensemble et sur cette photo, je l’embrassais. J’avais l’air heureux. Je l’avais été. Mais je ne l’avais pas rendue heureuse elle. Finalement, j’étais un peu comme maman. Papa était partit parce qu’il n’était pas assez heureux. Pour Katell, c’était pareil. Je tournais la page passant les photos de nous deux qui me plantaient des couteaux dans le cœur. Trop de souffrance. Je me retenais de pleurer encore. Et puis j’arrivais dans sur une photo très ressente. Cette fois, ce n’était plus Lulvia, mais Danaé. Ma belle et douce Danaé. Je m’arrêtais sur cette photo. Et un sourire parcourut la tristesse qui bravait mon visage. Une lumière dans la pénombre de mes jours. Je continuais alors, toujours silencieux, toujours muet. Et là, je réalisais enfin. Papa avait définitivement quitté la maison. Il était partit. Il m’avait abandonné maman et moi. Il ne m’aimait plus. Je ne l’avais assez rendu heureux. J’étais seul avec maman et Danaé aujourd’hui. Et j’aurais voulu redevenir ce petit garçon et consoler ma maman, parce que je savais qu’elle pleurait, qu’elle avait mal et qu’elle était triste. Dans le silence du couloir dans lequel je me trouvais, assis par terre contre le mur, j’entendis soudainement des pas. Mais je n’y fis pas plus attention que cela. Je ne regardais que cette lettre à côté de moi, avec son écriture fine, et ces mots qu’écrivait une femme brisée et aimante.

Et toi? Qui es-tu?


    Votre pseudo et/ou prénom :
    Age : 16 ans
    Présence moyenne sur le forum sur 7 jours: 6/7
    Que pensez-vous du forum globalement? : Jaime le contexte orginal et le dosgn' va parfaitement avec celui-ci. Bravo à tout le monde!
    Comment l'avez vous connu ? : Grâce à Jaime
    Que pensez-vous du design ? : Magnifique, sombre, mais magnifique
    Commentaires, Suggestions ?: Aucune pour le moment
    Avez vous lu & signé le règlement ? : Oui =) Mais vu qu'il n'y a pas de code je vais pas mettre grand chose :D


Dernière édition par Coleen J. Finighan le Jeu 23 Sep - 20:42, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Missives : 681
Date d'inscription : 08/05/2010
T'es où? : Hey ! Coucou ! Je suis là ! o/`
Occupations : Classé Secret Defense.
Tu t'sens comment? : Pas d'humeur à être chatouillé ... Alors fout le camp!
Relations : Vous voulez bien en savoir des choses ...


Bon à savoir
Age du perso: 27 ans
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Lun 20 Sep - 22:22

Bienvenue !

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Missives : 85
Date d'inscription : 23/06/2010
Age joueur : 27
Occupations : Tireur d'élite de l'unité alpha
Tu t'sens comment? : Opérationnel

Bon à savoir
Age du perso: 26 ans
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Lun 20 Sep - 22:37

Bienvenue sur le forum!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Cannibale Perverse et Sadique


Missives : 307
Date d'inscription : 10/07/2010
Age joueur : 26
Occupations : Chasseuse sadique et perverse
Tu t'sens comment? : Envie de sang...

Bon à savoir
Age du perso: 17 ans
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Mar 21 Sep - 11:50

Bienvenue ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Missives : 281
Date d'inscription : 14/08/2010
Age joueur : 25
T'es où? : Un peu partout
Occupations : trouver des pièces x)
Tu t'sens comment? : Happy ^^

Bon à savoir
Age du perso: 33 ans
Etat physique: Blessé

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Mar 21 Sep - 18:21

MOUUUUUFFFFFFFFYYYYYYYYYY !!!!!!!

*lui saute dessus*

ravie de te voir sur ces terres obscures... =DDDD

et ravie du choix du personnage exceptionnel - normal, c'est mon predef héhéhéhéhé-

* oui, je sais, je sors*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Admin


Missives : 994
Date d'inscription : 22/06/2009
Age joueur : 32
T'es où? : Ca t'regarde?
Occupations : Lieutenant Leader de l'unité Alpha
Tu t'sens comment? : Bien

Bon à savoir
Age du perso: 25
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Mar 21 Sep - 19:15

Bonjour Coleen

Bon courage pour la rédaction de ta fiche!!
Du courage tu vas en avoir besoin ici, quoique t'as déjà franchis le pas de t'inscrire c'est déjà pas mal!!

Pour le code dans le règlement, nan y en a pas de caché c'est vrai. L'important c'est pas de trouver les mots planqués mais bien de suivre et respecter le règlement, ça nous évite de jouer les flics sur le fo' si tout le monde y adhère. :happy:

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://man-hunt.forumactif.com

avatar


Missives : 281
Date d'inscription : 14/08/2010
Age joueur : 25
T'es où? : Un peu partout
Occupations : trouver des pièces x)
Tu t'sens comment? : Happy ^^

Bon à savoir
Age du perso: 33 ans
Etat physique: Blessé

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Mar 21 Sep - 19:47

surtout que si tu fais une betise, elle est capable de t'atacher au soleil sans boire ni manger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Missives : 24
Date d'inscription : 10/05/2010
T'es où? : Même si je te dis où, tu ne pourras me voir
Occupations : Une seule préoccupation : la survie. Et un jour, peut-être ... la vengeance
Tu t'sens comment? : Focused on

Bon à savoir
Age du perso: 26 ans
Etat physique:

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Mer 22 Sep - 17:17

Et elle aura bien raison mouahaha !

Bienvenue parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spn-world.forumactif.org/index.htm

avatar
Admin


Missives : 994
Date d'inscription : 22/06/2009
Age joueur : 32
T'es où? : Ca t'regarde?
Occupations : Lieutenant Leader de l'unité Alpha
Tu t'sens comment? : Bien

Bon à savoir
Age du perso: 25
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Mer 22 Sep - 17:48

Jaime Basinsky a écrit:
surtout que si tu fais une bêtise, elle est capable de t'attacher au soleil sans boire ni manger...

C'est bien mon p'tit Jaime t'as retenu la leçon!!
Finalement on va pouvoir faire quelque chose de toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://man-hunt.forumactif.com

avatar


Missives : 281
Date d'inscription : 14/08/2010
Age joueur : 25
T'es où? : Un peu partout
Occupations : trouver des pièces x)
Tu t'sens comment? : Happy ^^

Bon à savoir
Age du perso: 33 ans
Etat physique: Blessé

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Mer 22 Sep - 19:17

n'as tu pas compris que je n'aime pas les regles? ^^ Crois tu vraiment que je vais me laisser faire? en particulier par une petite de ton genre, =p
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Cannibale Perverse et Sadique


Missives : 307
Date d'inscription : 10/07/2010
Age joueur : 26
Occupations : Chasseuse sadique et perverse
Tu t'sens comment? : Envie de sang...

Bon à savoir
Age du perso: 17 ans
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Mer 22 Sep - 19:38

Jaime... T'es un gros floodeur en tout cas xD

*vote pour qu'il se fasse taper sur les doigts ^^ *

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Admin


Missives : 994
Date d'inscription : 22/06/2009
Age joueur : 32
T'es où? : Ca t'regarde?
Occupations : Lieutenant Leader de l'unité Alpha
Tu t'sens comment? : Bien

Bon à savoir
Age du perso: 25
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Mer 22 Sep - 22:09

Jaime Basinsky a écrit:
n'as tu pas compris que je n'aime pas les regles? ^^ Crois tu vraiment que je vais me laisser faire? en particulier par une petite de ton genre, =p


...

Trés bien!! Rappel-moi de te foutre une raclée dans notre prochain RP et ce même si tu es à l'agonie!!
Cette fois stop flood mon cher!! Yippie-Kai-Yay!!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://man-hunt.forumactif.com

avatar


Missives : 281
Date d'inscription : 14/08/2010
Age joueur : 25
T'es où? : Un peu partout
Occupations : trouver des pièces x)
Tu t'sens comment? : Happy ^^

Bon à savoir
Age du perso: 33 ans
Etat physique: Blessé

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Mer 22 Sep - 22:55

yippie kay yay ? Mais tout a fait !

Oui dsl... c'est l'un de mes defauts j'avoue : le flood U_u snif nsif


Jade: tkt elle me fera rien ^^

Patronne; euuh.... j'adore le "meme si tu es a l'agonie" ca me fait vaguement penser au rp avec Anton.... xp m'enfin avoue que de toute façon tu y pensais... a me faire du mal alors que je suis sans defense.... =p

- stttttooooooop le flooooood-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Admin


Missives : 994
Date d'inscription : 22/06/2009
Age joueur : 32
T'es où? : Ca t'regarde?
Occupations : Lieutenant Leader de l'unité Alpha
Tu t'sens comment? : Bien

Bon à savoir
Age du perso: 25
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Mer 22 Sep - 23:01

Mais il est pas vrai celui-là!!! Oo
Tu y tiens à ton poteau!!! C'est pas trois jours que tu vas y passé!! c'est 1 mois!!


"^^ Il est mignon n'est-ce pas? A jouer avec mes nerfs! ^^"

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://man-hunt.forumactif.com

avatar


Missives : 281
Date d'inscription : 14/08/2010
Age joueur : 25
T'es où? : Un peu partout
Occupations : trouver des pièces x)
Tu t'sens comment? : Happy ^^

Bon à savoir
Age du perso: 33 ans
Etat physique: Blessé

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Jeu 23 Sep - 16:00

Tu viendras admirer mon torse nu accroché au poteau avoue... c'est pour m'avoir a l'oeil... humhum


Et oui tres mignon xp


Bonbon allez j'arrete =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Missives : 10
Date d'inscription : 20/09/2010
Age joueur : 24
T'es où? : A l'extérieur de l cité près du camp de la Horde
Occupations : La traque malheureusement....
Tu t'sens comment? : Morose & Triste

Bon à savoir
Age du perso: trente ans
Etat physique: Normal

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Jeu 23 Sep - 19:08

Uuuu 'cest aps bien de flooder!!!

Bon voilà j'ai terminé! j'espère que tout est bon!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
C'est à quel sujet?


Missives : 254
Date d'inscription : 06/05/2010

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Jeu 23 Sep - 19:35

Et bien il était temps que ça s'arrête parce qu'il n'y aurait pas eu suffisamment de pages pour le flood de 3 pommes et Jaime dit la bafouille... Enfin donc je prends note que tu as terminé ta fiche, notons d'ailleurs que tu as tenu les délais pour pouvoir participer à la première mission, intrigue de Man Hunt si cela t'intéresse toujours.

Alors la lecture a été ma foi relativement agréable, j'ai bien aimé le passage sur la manière dont Caïn, personne que je n'apprécie que très très moyennement, voir pas du tout... joue le chantage sur la vie de ton paternel. Cela colle assez à la manière de faire du chef de la Horde, toujours dans la stratégie et la manipulation, j'ai beaucoup apprécié. En tout cas en ce qui me concerne, l'histoire de Coleen et sa rédaction par tes soins me convient parfaitement, je ne vois donc aucun obstacle à ta validation. J'imagine que si 3 pommes voit un soucis quelconque à cela elle le fera savoir très prochainement, en plus de son intervention prévisible disant "oui je suis pas petite, faut pas m'appeler 3 pommes" et bien si ma chère 3 pommes tu es relativement concentrée dans la hauteur, je n'ai pour ma part que rarement vu un visage monté aussi près de pieds, on croirait à un défaut de fabrication.

Donc pour revenir à ta fiche Coleen, je te donne donc prestement ta belle couleur rouge de cannibale et il te sera dès lors possible de poursuivre l'aventure avec nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Missives : 10
Date d'inscription : 20/09/2010
Age joueur : 24
T'es où? : A l'extérieur de l cité près du camp de la Horde
Occupations : La traque malheureusement....
Tu t'sens comment? : Morose & Triste

Bon à savoir
Age du perso: trente ans
Etat physique: Normal

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Jeu 23 Sep - 20:32

Merci beaucoup !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Admin


Missives : 994
Date d'inscription : 22/06/2009
Age joueur : 32
T'es où? : Ca t'regarde?
Occupations : Lieutenant Leader de l'unité Alpha
Tu t'sens comment? : Bien

Bon à savoir
Age du perso: 25
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    Jeu 23 Sep - 22:43

Hum!...

Oui donc, je n'ai rien de plus à ajouter quoique...ce cher Tony a oublié les instructions qui suive mais étant donné son grand age qui fait défaut, il me contraint de finir la validation comme il se doit. L'abus d'alcool ou son étroitesse d'esprit qui l'empêche de réfléchir plus de cinq minute...sauf pour déblatérer un monticule de connerie, va savoir!!
Bref bref, bref...En tout cas, n'y fait pas trop attention, il fait son numéro à chaque fois. ;)

Donc, il ne te reste plus qu'à faire ces "formalité d'usage":

  • Recenser ton avatar (même si c'est un PV)
  • Créer ta fiche de lien et de topics
  • Signer le règlement
  • Remplir ton profil
  • Squatter le flood
  • Et t'aventurer dans le RP


Si t'as des questions...va voir le vieux Tony!!...Ou Leto quoiqu'il n'est pas mieux, enfin bon fais comme tu le sens!!
Amuse-toi bien :happy: !!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://man-hunt.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Help me | | Coleen Jean Finighan    

Revenir en haut Aller en bas
 

Help me | | Coleen Jean Finighan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Man Hunt :: 

● Administration

 :: 
■ Passeports
 :: Validés
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit