Man Hunt

Quand l'homme chasse l'homme...Votre instinct est votre seul salut!!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand le besoin appelle à la ressource | Sergueï Gretsky |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Missives : 681
Date d'inscription : 08/05/2010
T'es où? : Hey ! Coucou ! Je suis là ! o/`
Occupations : Classé Secret Defense.
Tu t'sens comment? : Pas d'humeur à être chatouillé ... Alors fout le camp!
Relations : Vous voulez bien en savoir des choses ...


Bon à savoir
Age du perso: 27 ans
Etat physique: En forme

MessageSujet: Quand le besoin appelle à la ressource | Sergueï Gretsky |   Ven 24 Sep - 22:54

Par ce temps de meurtrissures et de désolation, il en vient qu'une seule chose d'importante, le besoin. Qu'il soit en denrées alimentaires, en ressources vitales ou seulement en pensées abstraites, il devient alors essentiel quand tout finit par s'éteindre si aisément. Quand alors on se met à manquer de tout, on sait où se trouve nos priorités. Et pour qu'ainsi elles soient secondées, il faut que d'autres leur passent devant. Il en va de même pour tout et tout le monde. À la différence près que certains sont en mesure de se suffire du minimum et d'autres ne sont qu'à la recherche de toujours plus. Chacun mène sa vie comme il l'entend, et si à présent ce n'est que par volonté de solidarité et d'entraide que tout parvient plus ou moins facilement à tenir sur place, cela n'empêche en rien à certains de faire cavalier seul. Courir après des besoins fondamentaux et une chose, le faire pour des besoins purement personnels en est une autre. Mais Anton serait près à parier que tout un chacun est animé de ces deux sortes de besoin, lui ne faisait pas non plus exception à la règle. Puisqu'on ne peut avoir le second sans le premier, il va de soi qu'ils se retrouvent difficilement dissociables. La satisfaction du premier, vite éphémère, le deuxième, plus diffus.

Patrouillant toujours dans les contrées éloignées de la citée, le traqueur était parvenu à mettre la main sur un Zippo en argent dont il savait pourvoir en retirer quelques billets. Une occasion en or s'était alors ouverte devant Anton, conscient que de telles trouvailles ne restaient jamais sans demandeur trop longtemps, prêt à payer le prix le plus élevé défiant toute concurrence pour l'avoir en sa possession. De retour à la citée, il n'avait eu qu'à faire vent de ce qu'il avait trouvé pour que quelques jours après, il croule sous les offres. Ajoutant à ceci quelques cartouches de cigarettes, étant sur de faire profit, son acheteur potentiel s'était trouvé en la personne de Sergueï Gretsky. Mais les motivations d'une telle demande lui échappait encore. Comme il pouvait être si simple d'avoir l'individu à coût d'additions ou d'obsessions. On en avait tous, encore fallait-il être malin pour ne pas en être la proie aux yeux du monde. Mais de cela, il savait la chose impossible. Sans nécessité, on perd vite le goût en la vie, ou du moins ce qu'il en reste. Et il serait absurde de se ôter le peu de confort que l'on peut encore en tirer.

Cependant Sergueï Gretsky n'était pas un homme comme les autres. Il ne ressemblaient pas à tout individu Lambda, non, il était le chef de la Task-Force. Bien que pour Anton, la donne reste inchangée, pour bon nombre d'individus la différence est de taille. Néanmoins, pour une personne de son envergure, on peut être sûr de la fiabilité et de la valeur de la contrepartie. Alors Anton avait plutôt intérêt à négocier avec lui qu'avec tout autre bien moins coté. Arrivant au QG de la Task, bâtiment comme beaucoup d'autres, fait de taules et de bois, qui ressemblait à tout ce que l'on peut faire de mieux par ici, il y pénétra, foulant son sol comme il avait rêvé de le faire pendant de nombreuses années. Il repensait à Chiara qui devait être quelque par dans le coin ou peut être à l'extérieur pour assurer la protection de la Citée et qui répétait ce geste indéfiniment sans y porter plus d'intérêt. Comme la vie peut parfois se montrer incompréhensive. Cependant, il était satisfait de son sort, il aurait très bien pu ne jamais se trouver là où il se trouve en cet instant. Demandant le lieutenant Gretsky au premier venu, il lui indiqua de progresser dans la même direction et qu'au fond, il trouverait un renforcement où il pourrait le trouver. Il lui demanda cependant ce qu'il lui voulait et Anton ne lui répondit que « Business » et continua d'avancer. Tous les regards se posèrent sur lui comme s'il était l'intrus numéro un mais il était difficile de trouver Sergueï autre part qu'ici. Alors soit. Arrivant à destination, il frappa sagement à la porte se signalant, avant de s'y infiltrer.

– Sergueï, on m'a signalé que j'avais quelque chose qui pourrait vous intéresser … Je suis Anton, Anton Karver.
Lui dit-il, lui tendant la main.

Anton ne s'attardait pas sur les formalités d'usage, il allait droit au but. Il aimait quand les choses étaient nettes et précises, sans « mais » ni « peut être ». de la clarté, rien que de la clarté. Pour le business, c'est bien plus productif que tout autre attitude, douteuse.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Quand le besoin appelle à la ressource | Sergueï Gretsky |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Man Hunt :: 
● Archives
 :: Archives
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit