Man Hunt

Quand l'homme chasse l'homme...Votre instinct est votre seul salut!!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kate Tully.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Le Diable au corps


Missives : 48
Date d'inscription : 22/10/2010
Age joueur : 28
T'es où? : Tout dépend de qui le demande.
Occupations : Ruminer ma rancoeur.
Tu t'sens comment? : Revancharde.

Bon à savoir
Age du perso: 23 ans.
Etat physique: En forme

MessageSujet: Kate Tully.   Sam 23 Oct - 11:54

Votre passeport




●●● Kate Tully
feat Ashley Greene
« Antisocial, tu perds ton sang froid. »



    Votre niveau RP
    [ ] TRES BON  [ ] BON [X] ASSEZ BON [ ] NORMAL



    Age : 23 ans. 
    Groupe : Nomade.
    Occupation : Comploter contre le pseudo chef Caïn et rallier des sympathisants à ma 'cause'.
    Caractère : Manipulatrice ; froide ; sanguinaire ; conspiratrice ; déterminée ; comédienne.
    Ses faiblesses : Kate est sociopathe. Ce trouble de la personnalité a différents impacts sur la vie en société du sujet. Les voici : Des démêlés récurrents avec l’autorité ; Tendances à violer les droits d’autrui (propriété, intégrité physique, sexuelle, émotionnelle ou légale) ; un sentiment permanent d’agitation et de dépression ; une incapacité à supporter l’ennui ; indifférence envers la sécurité de soi et des autres ; un comportement superficiel de séduction ; l’impulsivité ; absence de culpabilité. (Dixit Wikipédia).
    Particularité : Kate est une dominatrice qui sait se montrer très violente.

|| Histoire ||


¤ Infortune & Déconfitures ¤

Elle s’appelait Deirdre, gamine quelconque sans présent, sans futur. Née parmi les nantis, dans le Vault, son quotidien fut facile et ce qu’elle ne possédait pas, elle s’en allait le voler à d’autres. Mythomane, cleptomane mais surtout sans aucun sens moral, elle refusa toujours de se plier aux règles et autres fondamentaux qu’on tentait de lui inculquer. Enfant hyperactive, elle devint une adolescente antipathique et insolente. Elle fut très souvent punie par ses parents qu’elle jugeait pathétique, mais rien n’y fit. Elle grandit sous terre, oppressée, haineuse et instable. Elle ne chercha jamais à se couler dans la masse, elle se trouvait différente, plus maligne, visionnaire. Indépendante et sans doute incapable de se créer des amitiés tant elle détesta tout le monde, elle décida très vite de prendre la tangente. Ce fut en 2123, alors âgée de seize ans qu’elle élabora sa ’sortie’. Paranoïaque, elle était persuadée que la guerre atomique fut une invention des Anciens pour cloîtrer le Peuple sous terre et les rendre dingue… Deirdre, elle, refusa de devenir cinglée, aussi, sa liberté, elle l’aurait. Gracile, très fine, elle parvint à emprunter les dédales du Vault. Que faisions-nous des cadavres à l’époque ? Ils étaient acheminés dans diverses aspérités s’enfonçant au centre de la terre. Des galeries creusées du temps où les ancêtres fabriquèrent les abris, des tunnels inexplorés que Deirdre appris à connaître. Loin de l’effrayer, ces ’puits des morts’ comme on les appelait furent son ticket de sortie. Elle rampa, manqua mourir asphyxiée à plusieurs reprises mais elle trouva la force d’aller plus loin, toujours plus loin. Elle perdit toute notion de temps, et son sens de l’orientation fut réduit à néant… Où se trouvait ce ciel légendaire ? Au-dessus ? En dessous ? Et puis la lumière fut. Le soleil hypothétique fut en fait une torche sommaire qui lui brûla les yeux. De ces cavernes qu’elle creusa de ses doigts ensanglantés, elle atterrit dans un espèce de campement où se tenait des hommes, des femmes et des enfants. Sous terre donc… Encore… Ainsi, l’au-dessus n’existait pas, Deirdre en fut maintenant persuadée. Affamée, anémiée et déshydratée, elle sombra.

On prit soin d’elle, du moins, on tenta. Deirdre se réveilla muette, refusant de dire d’où elle venait et le nom de sa Horde. On ne sut jamais son prénom, on la jugea inutile aux fourneaux et tout autre travail collectif. Pourtant les femmes furent toujours une denrée recherchée. Ainsi, quelques mois après son arrivée, on l’unit de force avec l’un des hommes du campement, un certain Zed Tully. Elle donna naissance à une fille en 2125, Sylvia. Elle s’en désintéressa, survivant silencieusement, poupée désarticulée ayant perdue ses rêves, ses espoirs et sa volonté. En 2135, une seconde fille vint au monde, Kate… Mais à quoi bon ? Pourquoi donner la vie ? Dépressive, Deirdre se donna la mort en 2139. A cette époque, nous en étions aux premières années de la guerre de la faim. Le corps de Deirdre fut servit à ses fillettes… En ce temps là, il n’y avait pas de petit profit, une suicidée avait le même goût qu’un autre… Dépecée, démembrée, cuisinée devant cette petite fille de quatre ans… Cette même petite fille qui déclara, solennelle,

« Maman est délicieuse. J’en veux encore ! »


¤ Guerre & Jeux ¤

Les enfants ne choisissent pas leur camp, les enfants sont l’un des rouages de cette grosse bête que les grands nomment Guerre. Pour moi qui aie grandi à l’ombre d’un géant, tu apprends à vouloir tout ce que l’on te refuse. Tu sais l’important, tu laisses le reste aux autres, les moins que rien. Zed, mon père, ne fut qu’un pantin malhabile entre les mains du Duc, le chef de notre campement. Immense, il fut le roc de mon enfance, je le suivais partout, apprenant les mécanismes d’un combat pensé et bien mené. J’avais sept ans la première fois que j’assistais aux Conseils. Sylvia y était déjà, Zed également. Les enfants n’y avaient pas leur place, qu’ils me dirent… Sauf que moi, je fus toujours désobéissante. Ce soir là, il fut question de nombre… Beaucoup de nos hommes assassinés et dévorés, bien trop de nos femmes enlevées… Nous étions donc en minorité, nous allions perdre… D’ici peu, notre campement disparaitrait au profil des plus forts. Le Duc était nerveux, inquiet mais flamboyant dans sa volonté de se défendre et de vaincre… Quel homme ! Douze personnes aptes à combattre, seulement douze… Dérisoire, n’est-ce pas ? A la lueur des torches, j’ai écouté leurs conciliabules, leurs angoisses et leurs désillusions,

« Duc, nous sommes foutus ! Au prochain raid… Ça sera foutu, c‘est sûr. »
« T’as raison, autant nous faire griller la cervelle alors ! »
« J’ai pas dit ça ! »
« Alors ferme-la ! »
« Et si nous changions de camp ? Ceux d’entre nous qui furent capturés n’ont sans doute pas encore donné notre position exacte… Tirons-nous pour commencer ! »
« Et ensuite ? Tu proposes quoi Sylvia ? Nous sommes douze et autant de femmes et enfants à déplacer… Adieu discrétion. »

Je me souviens m’être mordue les lèvres pour ne pas crier. Il y eut comme une idée qui m’apparue, quelque chose à laquelle ils ne pensèrent pas. Jamais. Je suis sortie de ma cachette, m’avançant vers le cercle intimiste de leur feu. A l’époque, j’avais déjà le sens du théâtral. En me voyant, Zed s’est levé, la main tendue, déjà prêt à me gifler pour interrompre le Conseil, j’ai reculé, non pas peur mais pour le voir se mettre davantage en colère… Toujours ainsi, souffler sur les braises, tester leurs limites et s’amuser de voir leur fureur. Retorse fillette,

« Duc, il faut que je te dise quelque chose… »

Homme sanguinaire et violent qui ne put jamais rien refuser à ce petit minois que j’ai toujours. D’un signe, il m’ordonna de grimper sur ses genoux, d’un sourire victorieux pour mon géniteur, j’ai couru jusqu’au chef, enroulant mes bras d’enfant câline à son cou, murmurant mon idée à sa seule oreille. Il m’écouta, se crispant et se levant soudain lorsque j’eus terminé. A bout de bras, il me porta au-dessus de sa tête… Bien haut, surplombant tout le monde… Je me souviens encore de cette parfaite sensation : Domination.

« Du diable si une mioche de sept ans ne vient pas de nous donner l’idée du siècle ! Zed, t’es sûr que c’est ta môme ? Elle a du cran… Pas comme toi, mauviette ! »

Est-il possible qu’un père jalouse son enfant ? Je crois que oui car j’ai bien vu comme Zed a dardé ses prunelles haineuses sur moi… J’ai aimé ça… Non, pire, j’ai adoré… J’en voulus encore plus. Capricieuse, gâtée par un homme qui ne sut jamais me dire non : Le patriarche, le Duc.

Au cours des mois suivant, mon idée fut la garantie de notre survie à tous. Le plan était simple… Je pleurnichais dans les méandres caverneux, appelant désespérément ma mère. Placée en divers endroits stratégiques, j’attirais les traqueurs d’autres hordes en pleurant ma misère. Ils furent nombreux à tomber dans le panneau… Qui donc irait se méfier d’une gosse geignarde dont la morve tachait le visage ? Personne. Et invariablement, j’avais droit à cette question,

« Pourquoi pleures-tu ? »
« J’ai perdu ma maman… J’veux pas rentrer au camp sans elle, j’vais me faire punir. »

Discours bien rodé et aussitôt, yeux plus gros que le ventre et compère m’assuraient qu’ils m’accompagneraient pour que je ne sois pas punie… Alors, sur le trajet, j’avais droit à d’autres questions : Combien y’a-t-il d’hommes dans ton campement ? Et les enfants, il y en a d’autres ? Parle moi de ta mère, comment est-elle ? Sylvia les appelait de vieux porcs lubriques, moi, je les aimais bien car ils s’intéressaient à mes réponses et donc à moi… Puis, en les guidant, ils tombaient toujours dans un guet-apens… L’effet de surprise comme disait Duc. Nous n’étions pas nombreux, c’est vrai, mais je me souviens avoir toujours mangé à ma faim… Tout ça grâce à moi, pas vrai ?

Être la plus jeune rabatteuse de notre camp fit de moi une personne d'importance, le Duc me donnait toujours la plus belle part du lion : Les yeux de nos prisonniers… Il aimait nous voir jouer avec, nous autres les enfants… Mais moi, j’aimais surtout les suçoter, réclamant à grand renfort de cris et de jérémiades qu’il m’en fallait beaucoup d’autres. Je collectionnais tout et n’importe quoi… M’amusant d’un rien, m’amusant d’un tout.


¤ Trahison & Punition ¤

Ce fut l’année de mes neuf ans que Duc me trahit. Il prit une femme. Dans mon cœur, il était l’unique, celui que j’avais choisi depuis toujours… Qu’il m’en préfère une autre me mit dans une rage folle. Nous étions en 2144 et lorsque Sylvia vint sécher mes larmes d’enfant, je lui racontais tout de mes souffrances. Elle rit, me tenant un discours que je ne devais jamais oublier,

« Que tu es bête Kate ! Tu es bien trop jeune pour le Duc… Moi-même, je le suis, il ne me regarde même pas… Alors toi… »

Je me suis sauvée, enferrée dans mes convictions : L’âge est une excuse stupide que les grands utilisent lorsqu’ils sont trop bêtes pour être logique. L’âge est une sottise, on grandit tous, très vite, surtout moi. J’ai frappé la roche de mes poings, me griffant les bras, courant, courant, haineuse, cherchant comment leur faire comprendre. J’ai senti en mon cœur quelque chose de froid, de tranchant, de métallique… J’ai voulu faire du mal, j’ai voulu ne jamais être venue au monde. L’injustice profonde, je l’ai connu en fuyant mon campement. Je crois que je ne voulais plus jamais y retourner, je crois que j’avais surtout honte d’avoir raconté mes tourments à Sylvia… Que l’on se moque de moi… Jamais, je ne l’ai supporté, d’ailleurs, jamais personne ne le fit. J’étais importante. On ne rit pas des gens importants. Et puis, recroquevillée dans un coin, j’ai eu des absences… Impossible de me souvenir du chemin de la maison, comme si mes larmes avaient lavé tous mes souvenirs. Combien de temps suis-je restée là avant qu’un petit groupe d’hommes me débusque ? Il y eut soudain cette sempiternelle question à mes oreilles,

« Pourquoi pleures-tu petite fille ? »

Mécanique, j’ai répondu… Comme toujours… Je ne veux pas être punie. Ils m’ont cru, m’ont redressé. Le plus grand sécha mes larmes de ses doigts crasseux, caressant ma tête, s’extasiant que j’étais la plus jolie petite fille qu’il eut jamais vu. J’ai souri, m‘accrochant à sa main pour lui désigner le chemin de ma maison.

Ce ne fut pas une attaque surprise… Ou plutôt si… Le Duc fut le dernier à être tranché. Dix femmes et enfants furent capturées, dont Sylvia. Moi, j’ai pensé que cette punition était bien méritée pour m’avoir mis de côté. Je n’ai pas hurlé lorsqu’ils assassinèrent Zed, je n’ai pas supplié lorsqu’ils égorgèrent Duc… Leurs yeux, je les ai conservé très longtemps. Jouant avec de temps en temps puis les jetant un jour… Les oubliant.

Quelques semaines plus tard, je prenais pleinement possession de mon nouvel environnement. Jamais, je ne vis autant de personne que dans la Horde. Je ne me sentis jamais prisonnière car l’homme qui mena le raid sur ma ’famille’ fut celui qui me prit sous son aile. Un homme très fort, bien plus fort que le Duc. Je n’expliquais pas à Sylvia comment je choisis de me venger de cette intolérable trahison. L’avait-elle compris à l’époque que j’avais fait assassiner tout le monde pour laver l’offense ? Non, je ne crois pas… Sylvia… Tellement futée pour tout… Tellement aveugle lorsqu’il s’agit de son innocente petite sœur.


¤ De fil en aiguille ¤

J’ai changé d’avis il y a peu. Je déteste être ici ! Voilà quatre ans que le Duc n’est plus. Je m’épanouissais bien mieux en petit comité… Ici, tout le monde souhaite se faire remarquer et les enfants sont véritablement de moindre importance. J’ai horreur que l’on me parle de ce ton condescendant : ‘Va jouer, cesse de traîner dans nos pattes, casse-toi la pisseuse, tu gènes !’… A longueur de journée, ce n’est que cela… Et puis, grande nouveauté, je ne vis plus sous terre… Tu parles d’un changement ! Comme si ces ruines m’émerveillaient. Plus je grandis, plus je me sens hargneuse de quelque chose que je ne comprends pas bien. Je suis insatisfaite, comme si les autres passaient leur temps à me voler ce qui est à moi ! J’ai bien tenté d’en parler à Sylvia mais voilà qu’elle fait comme les autres : ’Ne reste pas dans mes jambes Kate, tu vois bien que je suis occupée !’… Je t’en foutrais de l’occupation ! En résumé, je me découvre pas mal d’inimitiés et il n’est pas rare que je cherche à m’isoler le plus possible. Bien entendu, en vue du statut de gardien de bétails de ma sœur, nous occupons, elle et moi, une place enviable au sein de la Horde. Nous avons une pièce privée dans l’une de ces bâtisses abandonnées et nous mangeons toujours à notre faim. Mais l’envie n’y est plus. C’est comme avoir le bourdon, le cafard, ne plus jamais sourire et ne rien faire pour aller mieux… Moi, j’irai ’mieux’ le jour où l’on m’entendra à nouveau ! Je m’ennuie, je végète, il n’y a rien à faire, personne ne m’attend, personne ne me comprend, tout le monde me rejette… Et bien tant mieux, je ne vous aime pas non plus !

D’enfant ravissante, je passe maintenant pour être une jeune fille d’une fraîcheur incomparable. Ce fut un gros type qui m’en fit la remarque,

« Si tu me laisses te voir nue, je te donnerai tout ce que tu veux. »

A quinze ans, ce genre d’offre ne se refuse pas… Surtout que la nudité : Je m’en fous royalement. J’ai accepté, prenant la pleine mesure de ce que les hommes sont capables de faire pour une fille pas trop dégueulasse à regarder. Il fit bien plus que regarder mais je fus loin d’être intimidée, curieuse avant tout. Au fil des mois, je découvris donc ce qui m’était alors inconnu : Le sexe et le meilleur moyen de s’en servir. Et puis, me vint à nouveau ces envies de souffrances et de revanches. Dans l’ombre, j’ai toujours commis quelques petits jeux pour tromper mon ennui : Martyriser les plus petits que moi ; voler les biens d’autrui ; mentir avec toute la candeur de mon joli visage… A présent, j’en voulais plus. Je me suis acoquiner avec la racaille locale, moi, si solitaire, je me suis trouvée des compagnons à ma hauteur. Ensemble, nous brisions les règles établies, sortant selon nos envies, dérobant parfois ceux qui étaient notre ’bétail’ pour s’amuser avec et le dévorer ensuite… L’essentiel fut toujours de cuire la viande… Sans doute pour oublier que nous mangions notre race… Avec ma bande, par bravade, nous avons bu leur sang chaud, mordant leur chair, lapant à leur gorge les blessures que nous occasionnons. Froidement, je les regardais faire… Des animaux, de simples bêtes, voilà ce qu’ils penseraient de nous… J’en riais si fort à l’époque, bien consciente que leur moral ne serait jamais la mienne… D’ailleurs, qu’est-ce que la moral ? Un carcan de plus, quelque chose qui emprisonne et empoisonne… Moi, je ne suis pas ainsi… Je pisse sur l’humanité toute entière. Vous qui voyez infiniment petit, regardez-nous, voyez comme libérés que nous sommes, nous gagnons en force.


¤ Desseins & Libertés ¤

J’ai retrouvé un peu de cette importance qui me manquait tant les années suivantes. Nous étions six et je fus l’unique fille. Nous terrorisions les plus jeunes, fuyant les plus vieux pour faire nos coups en douce. Nous aimions particulièrement la nuit où nous retrouvions un peu de nos habitudes des sous-sols. Se fondre, observer puis frapper. J’ai appris à haïr la lumière, cette horreur qui en dévoile bien trop et qui me causa tant de migraines les premiers mois… Ne croyez pas que le soleil est un bienfait, moi, il m’insupporte. Et puis, il fut temps de nous choisir une fonction au sein de la Horde. Les bras cassés et les inutiles n’eurent jamais leur place dans les campements, c’est ainsi… Œuvrer pour la Communauté… Tu parles que je m’en cogne mais cette fois-ci, il fallut rentrer dans le rang. Sylvia me proposa une place à ses côtés… Mais bien entendu frangine, j’ai toujours rêvé d’élever du cheptel ! J’ai refusé son offre avec l’un de ces sourires méprisants dont j’ai toujours eu le secret. Avec Dax et Raven, deux de mes suiveurs, nous avons choisi la voix rapide, celle qui fut la plus facile : rejoindre les combattants acharnés de la Horde. Il faut dire que nous nous imaginions bien traquer le gibier. Nous avions l’habitude, n’est-ce pas ? Les autres préférèrent des activités moins remuantes et nous avons coupé les ponts avec eux, trouvant avilissant tout autre chemin que celui que nous nous étions trouvés.

On nous arma, nous enseignant comment combattre au mieux. Nous qui avions déjà la férocité nécessaire, il ne nous manquait plus qu’un peu de pratique. On nous déclara très vite impropres aux raids. Incapables d’obéir, instables, dangereux, surtout pour autrui. La main d’œuvre manquait pourtant cruellement, aussi, nous restâmes à nos postes, formant le trio le plus sanguinaire des troupes. A leur insu. Nous nous complaisions dans notre solitude, indifférents à nos camarades… D’ailleurs, il nous arrivait fréquemment de pister quelques escouades esseulées, les assassinant et dévorant leur chair, par jeu, par ennui, par démesure… Orgie de sexe, orgie de sang… La belle époque… Celle où nous étions libres, jeunes et passablement cinglés aux yeux des autres. Qu’il était facile de duper nos supérieurs, moi, faisant les yeux doux, pleurant un peu en racontant comment nous venions de découvrir nos pauvres compagnons. Dax et ses cheveux d’or, ses yeux limpides d’enfant innocent, Raven, l’ange ténébreux, grand, délié, aux gestes mesurés… Problèmes certains face à l’autorité mais jadis, tout le monde nous donnait le bon dieu sans confession… Pauvres cons !

Nous aurions pu continuer longtemps ainsi. D’ailleurs, je me suis toujours sentie ambitieuse et me rapprocher de Caïn pour avoir ses faveurs fut l’un de mes buts. Je l’avais toujours observé de loin, trouvant sa politique un peu tiède mais attirée tout de même par le bonhomme. Quoi de mieux pour l’envahir que de frayer un peu avec son principal larbin : Liam Corman. Lui, fut très facile à effleurer. Séduire fut toujours le jeu dans lequel j’excellais. A les côtoyer d’un peu plus près l’un et l’autre, j’en fus déçue… Primo, Caïn ne sembla jamais faire grand cas de ma présence et secundo, je trouvais les Pontes un rien grassouillets et nonchalants… Du genre de ceux qui délèguent sans jamais bouger leur cul de leur royal cageot… J’en conçus une forte amertume, trouvant l’autorité plus obsolète que jamais. J’en parlais à Sylvia, un soir où elle parut prête à me donner un peu de son attention. Mal m’en pris… Je n’ai jamais oublié avec quelle dévotion elle me parla de ce pauvre type arrogant… Que tout le monde le vénère, que tout le monde le suivrait où qu’il aille… J’aurais pu vomir ma rage devant cet inconditionnel aveuglement… Pour moi, il ne fut jamais question de ’suivre’ mais de ’mener’… Voici ce que je lui hurlais ce soir-là… Cela et bien d’autres choses… Zed, le Duc… J’avouais tout en riant telle une possédée. Je réduisis cette image d’enfant sage qu’elle avait eu de moi toute ces années.

Elle me fit surveiller. Jusqu’à quel point se méfiait-elle de moi ? Je ne le sus jamais car Dax, Raven et moi avions déjà pris notre décision : Nous tirer d’ici pour mieux y revenir et tout changer. Ce ne fut pas une fuite mais les prémices d’un plan que nous avons longuement échafaudé… Tout d’abord : Nous mettre à l’abri… Ensuite : Conspuer… Pour finir : Buter du dirigeant mollasson. Amen, comme dirait l’autre. Nous sommes en 2158 et le monde est à moi.


Dernière édition par Kate Tully le Sam 23 Oct - 21:53, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Le Diable au corps


Missives : 48
Date d'inscription : 22/10/2010
Age joueur : 28
T'es où? : Tout dépend de qui le demande.
Occupations : Ruminer ma rancoeur.
Tu t'sens comment? : Revancharde.

Bon à savoir
Age du perso: 23 ans.
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Kate Tully.   Sam 23 Oct - 14:18

|| Caractère & Description ||

Je suis avant tout une personne très capricieuse, mais pas seulement. Telle une enfant, je me lasse vite de mes envies subites, les oubliant au profit de nouvelles distractions. Au fond, je dois être quelqu’un de très infantile mais je me targue d’être une adulte accomplie et sûre d’elle. Parlons-en d’ailleurs de mon assurance. Je ne crois pas avoir eu peur de quelque chose. Jamais. Sans doute trop inconsciente pour cela me diriez-vous. Narcissique, JE suis mon unique centre d'intérêt. Ma survie avant la vôtre, bien entendu. En dehors de cela, j’ai appris à faire semblant… Actrice douée, je joue bien des rôles au quotidien. Mon préféré étant celui de la chétive jeune fille fragile et vulnérable… Les hommes y résistent peu… Les femmes non plus d’ailleurs, l’instinct maternel sans doute. Pour le reste, je suis fondamentalement primaire, je désire, je prends, point à la ligne. Me refuser quoique ce soit n’est pas envisageable, butée et obstinée, j’obtiens très souvent ce que je convoite. Je ne suis pas d’une intelligence supérieure mais j’ai de la jugeote et une certaine logique que les autres peinent à comprendre. Je suis affectueuse avec ceux qui me démontrent leur adoration à mon égard. Affectueuse mais limitée cependant. L’amitié n’est qu’une invention pathétique pour s’ouvrir aux autres puis être déçue. Moi, je n’ai aucun ami, juste des jouets que je peux briser à tout moment. Je suis celle qui tire les ficelles, jamais l’inverse, entendons-nous bien.

Ensuite, je suis quelqu’un de brouillon, de désordonné, la preuve en est que je perds très souvent mes affaires… Je n’aime pas me souvenir de futilités, je préfère me concentrer sur l’essentiel. Et puis, parfois, j’ai de violentes crises d’anxiété… Souvent en fait. Dans ces cas-là, je perds la tête, soyons francs, je casse tout et gare à ceux qui m’entoure, ma rage balayera tout importun qui tentera de me calmer. Comment se déclenchent-elles ? Je ne sais pas trop… Frustration, colère ou contrariétés, cela dépend. On dit de moi que je suis incapable d’émotions. De plus, toute manifestation de sentiments chez les autres me glacent le sang. Je n’aime ni ressentir ni voir autrui ressentir. Je manque donc d’empathie, d’ailleurs, à moins de les mimer, je ne me souviens pas avoir pleuré une seule fois ’pour de vrai’. Quel paradoxe intéressant n’est-ce pas ? Moi, incapable de m’émouvoir, capable pourtant de convaincre autrui de ma fragilité et de mon innocence. Ne cherchez pas à comprendre, c’est ainsi.

S’ajoute à cela un dédain marqué pour ma propre sécurité et celle des autres, une impulsivité qui me causera sans doute du tort, puis une incapacité chronique à anticiper mes propres actions comme celles des autres. Je peux toutefois élaborer différents plans tortueux mais à mon corps défendant, je ne suis jamais assez patiente pour qu’ils aboutissent. Je suis d’une irresponsabilité totale, me contrefoutant royalement des risques, des promesses que j’aurais pu tenir ou d’une parole donnée. Ne me pensez pas dénuée de fierté pour autant, bien au contraire… J’ai horreur que l’on me méprise, que l’on ne m’écoute pas et que l’on me désobéisse. Despotique ? Oui, sûrement. Une dernière chose… Remord, culpabilité, tolérance… Oubliez bien vite tout cela si vous êtes amenés à me côtoyer… N’êtes-vous pas prévenus que je suis incapable de ressentir ceci ?

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Taille : 1m68 ; Poids : 52 kg ; Cheveux : châtain ; Mais encore : Longs et ondulés ; Yeux : bleus ; Type : Caucasien ; Dentition : Elles sont toutes présentes mais question Hygiène : Peut mieux faire ; Nez/bouche/oreilles et le reste : Bien en place ; Morphologie : Plutôt fine ; Tâches de rousseur/grains de beauté : Aucun à signaler ; Habitudes vestimentaires : Ce que je fauche aux autres ; Tatouages/piercings : Pas encore, mais j’y compte bien ; Ongles : Rongés et pas très nets ; Et ceux des orteils : Idem ; Posture généralement adoptée : le dos bien droit, un peu bêcheuse, surtout crâneuse ; Sportive ? Je cavale plutôt vite... La force de l'habitude, tu vois.
|| Relations ||


SYLVIA TULLY
Ma sœur aînée. Un substitut de mère durant ma prime enfance, une femme qu’il m’est impossible de comprendre à présent. Ce même sang qui coule dans nos veines n’est rien. Je ne me sens ni redevable ni obligée de quoique ce soit à son égard. Les amis de Caïn ne sont pas les miens. De plus, je connais ses plans… Me faire assassiner ? Moi ? Et si tu venais toi-même essayer ma vieille ? Pourquoi confier à d’autres cette besogne ? Serais-tu aussi lâche que notre pourriture de père ? Sans doute car les chiens ne font pas des chats !

JAKE HANNIGER
J’avais cru trouver mon importance. Un peu mou peut-être, mais pour une fois, je ne me sentais pas déçue par mon choix. Nouvelle trahison, nouvelle déconvenue. Apprends donc immonde bâtard que l’on ne me quitte pas. Jamais. Sait-on jamais que je croise à nouveau son chemin à celui-ci et c’est la mort assurée. La sienne, j’entends !

CAÏN
Une grande gueule. L’un de ces types qui blablatent beaucoup et n’agissent que très peu. Pour ma part, il n’est qu’une punaise qu’il sera facile d’écraser du plat de la main. Cependant, il a bien trop de sympathisants pour l’approcher au mieux pour l’instant. Mais patience, un jour ou l’autre, il sera l’exemple… Qu’il me tarde de le crucifier pour étendre ma propre ‘parole‘. Cette loque, ce pleutre, cet hypocrite de première… Il doit y passer. Au plus tôt.

LIAM CORMAN
Pauvre fantoche qui est à plaindre. Incapable d’exister sans l’ombre de Caïn planant au-dessus de lui. Un type simplet, sans ambition, un de ceux qui ne peuvent rien obtenir par eux-mêmes… Ainsi, tu prends par la force, mais ne te leurre pas, tu ne pris que ce que je voulus bien te donner… Quel dommage d’être déçue sans cesse par des types sans aucune envergure. Mais comme ton maître, tu ne peux que subir un sort pareil au sien.

LETO CORINO
Un illuminé altruiste qui pense encore que faire le ‘bien’ lui sera rendu. Pauvre fou qui aura mon meilleur rôle : Celui de la pauvrette esseulée qui terrorisée se terre loin des autres. Faites qu’il s’active un peu et m’entraîne vers la Cité. Non pas que jouer à la jeune fille effarouchée me lasse mais il faudrait tout de même qu’il passe à la suite de mon plan celui-ci… Les hommes… Je vous jure.


/ i \ PNJ qui ne seront jamais bien loin :

DAX
Joli poupin aux traits enfantins, Dax à 19 ans. Boucles blondes, yeux azur et lèvres roses, il a tout du chérubin. Rien n'est plus faux. Muet de naissance, il souffre de longues périodes d'apathie provoquées par quelques traumatismes encourus durant son enfance. Raven est son protecteur et il le suit partout. Outre ses périodes de neurasthénie patentée, Dax est un être profondément violent, bien plus que Kate elle-même. Il n'hésite jamais à y avoir recours lorsqu'il se sent menacé. Implacable, il est le moins sanguinaire mais le plus efficace au combat. Froid, silencieux et incisif.

RAVEN
23 ans. Brun, grand et très fin, il est le plus sérieux de la 'bande'. Le plus raisonnable également. Bien qu'il aime faire comme bon lui semble, il tempère pourtant Kate et Dax très souvent. Sans grande pitié, très peu porté sur la clémence, il est toutefois très réfléchit et est de bon conseil généralement.
TEST RP


N'étant pas très à l'aise avec les fiches (et aimant m'en débarrasser le plus rapidement possible), je choisis la facilité en postant un post d'un autre personnage non joué z'ici. Cependant, comme Kate est un PV, s'il faut créer un post avec elle, je le ferai *Yeux de chat botté*

Spoiler:
 



Et toi? Qui es-tu?


    Votre pseudo et/ou prénom : Toto.
    Age : 20 ans.
    Présence moyenne sur le forum sur 7 jours : Week-end pour poster mais je passerai au moins une fois par jour. Sauf impondérables.
    Que pensez-vous du forum globalement ? C'est clair, net et précis. Comme j'aime ^^
    Comment l'avez vous connu ? Par un top-site.
    Que pensez-vous du design ? Je trouve le header un peu 'vide' peut-être. Mais bon, il dépeint plutôt bien la désolation qui règne z'ici ^^
    Commentaires, Suggestions ? Non, pas pour l'instant.
    Avez vous lu & signé le règlement ? Chef, oui Chef !



Dernière édition par Kate Tully le Dim 24 Oct - 12:22, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Cannibale Perverse et Sadique


Missives : 307
Date d'inscription : 10/07/2010
Age joueur : 26
Occupations : Chasseuse sadique et perverse
Tu t'sens comment? : Envie de sang...

Bon à savoir
Age du perso: 17 ans
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Kate Tully.   Sam 23 Oct - 17:21

bienvenue :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Missives : 681
Date d'inscription : 08/05/2010
T'es où? : Hey ! Coucou ! Je suis là ! o/`
Occupations : Classé Secret Defense.
Tu t'sens comment? : Pas d'humeur à être chatouillé ... Alors fout le camp!
Relations : Vous voulez bien en savoir des choses ...


Bon à savoir
Age du perso: 27 ans
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Kate Tully.   Sam 23 Oct - 21:40

Bienvenue à toi !

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Le Diable au corps


Missives : 48
Date d'inscription : 22/10/2010
Age joueur : 28
T'es où? : Tout dépend de qui le demande.
Occupations : Ruminer ma rancoeur.
Tu t'sens comment? : Revancharde.

Bon à savoir
Age du perso: 23 ans.
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Kate Tully.   Sam 23 Oct - 21:49

Merci beaucoup vous deux ^^

Je pense avoir terminé, toutefois donner des détails ou ajouter ou même rectifier ne me pause aucun problème ^^
*A l'impression d'avoir loupé des étapes*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
C'est à quel sujet?


Missives : 254
Date d'inscription : 06/05/2010

MessageSujet: Re: Kate Tully.   Sam 23 Oct - 23:22

Ah... et bien ma foi, c'est une bien belle fiche, pour ce qui est de ton test rp, bon si je dis qu'en fait cette partie je m'en bats les bourses avec des portes fenêtres ça peut paraitre un peu gros mais c'en est pas moins vrai. Cette partie est là mais en même temps je ne sais toujorus pas pourquoi, personnellement je serai pour la virer mais voilà... il y a Chiara et bon comme dans tout ménage il faut savoir faire des compromis... Donc pour ce qui est de la fiche en elle même, j'aime beaucoup, notamment le fait que tu te sois totalement approprié le personnage. Je dois bien avouer que j'étais un peu sceptique au début de la lecture avec le passage sur la fuite du Vault mais finalement cela ajoute à l'univers, notamment ces fameuses fosses de mort... très client de cette invention. Je te l'ai déjà dit en mp mais je le répète ici, Kate fut lors de l'écriture, le personnage dont j'attendais le plus, celui qui me semblait le plus intéressant à jouer et par là même un de mes préférés, ce fut donc avec appréhension que j'ai abordé cette fiche mais je dois avouer avoir été séduit par ta vision de Kate.

Je te valide donc et m'en vais te donner ta couleur de nomade, c'est pas la plus sympa c'est certain, la couleur s'entend, mais elle n'en demeure pas moins la tienne. Faudrait qu'on voit d'ailleurs à la changer cette couleur...

Oh et 3 pommes passera certainement demain pour mettre sa séquence de choses à faire comme enregistrer son avatar ou le reste du style fiche de lien et compagnie. Enfin tout ça c'est l'affaire de 3 pommes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Admin


Missives : 994
Date d'inscription : 22/06/2009
Age joueur : 32
T'es où? : Ca t'regarde?
Occupations : Lieutenant Leader de l'unité Alpha
Tu t'sens comment? : Bien

Bon à savoir
Age du perso: 25
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Kate Tully.   Dim 24 Oct - 10:58

Pas en tout point de vue d'accord avec mon cher, tendre et affectueux ami Tony...Quoi? Ca sonne faux? Tant pis, pas faute d'essayer!! Mais là où ça m'arrache le cœur c'est de dire que je suis d'accord avec lui, sur le fait que tu t'es bien appropriée le perso de Kate et que ton histoire est un régal à lire. Imaginatif, pour les "fausses à morts", pas mal c'est vrai qu'on y avait pas pensés, bon point!! :happy:

Tony a prit soin de te valider, me reste plus qu'à t'envoyer le baratin habituel comme...

  • Recencer ton avatar (même si c'est un PV)
  • Créer ta fiche de lien et de topics
  • Signer le règlement
  • Remplir ton profil
  • Squatter le flood
  • Voter pour le forum
  • Et t'aventurer dans le RP


Si t'as des questions...va voir le vieux Tony ^^!!
Amuse-toi bien :happy: !!

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://man-hunt.forumactif.com

avatar
Le Diable au corps


Missives : 48
Date d'inscription : 22/10/2010
Age joueur : 28
T'es où? : Tout dépend de qui le demande.
Occupations : Ruminer ma rancoeur.
Tu t'sens comment? : Revancharde.

Bon à savoir
Age du perso: 23 ans.
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Kate Tully.   Dim 24 Oct - 11:31

Ouf, je suis ravie de ne pas l'avoir dénaturé ^^

Merci vous deux. Tony, vieux machin, à la moindre question, je viendrai t'ennuyer. Chiara, je m'occupe immédiatement du reste.

Et j'aime ma couleur. Si si si si :XD:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
C'est à quel sujet?


Missives : 254
Date d'inscription : 06/05/2010

MessageSujet: Re: Kate Tully.   Dim 24 Oct - 12:17

Oui non parce que c'est la nouvelle couleur, qu'on a changé ce matin mais avant c'était juste gris...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Le Diable au corps


Missives : 48
Date d'inscription : 22/10/2010
Age joueur : 28
T'es où? : Tout dépend de qui le demande.
Occupations : Ruminer ma rancoeur.
Tu t'sens comment? : Revancharde.

Bon à savoir
Age du perso: 23 ans.
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Kate Tully.   Dim 24 Oct - 12:22

Ah ouais quand même... Ben c'est mieux à présent :siffle:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Vieux Loup Solitaire


Missives : 128
Date d'inscription : 20/10/2010
Age joueur : 32
T'es où? : Sous un arbre... SISI c'est possible
Occupations : Former ce foutu gamin à survivre à ces foutus cannibales
Tu t'sens comment? : Comme un chasseur attendant doucement que sa proie se place dans son viseur

MessageSujet: Re: Kate Tully.   Dim 24 Oct - 17:25

Bienvenuuuuuuuuuuu damoiselle...

(waow mon premier bienvenu)

J'adore le comportement de ton perso (même si çà m'a pris l'apres midi pour tout lire XD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Le Diable au corps


Missives : 48
Date d'inscription : 22/10/2010
Age joueur : 28
T'es où? : Tout dépend de qui le demande.
Occupations : Ruminer ma rancoeur.
Tu t'sens comment? : Revancharde.

Bon à savoir
Age du perso: 23 ans.
Etat physique: En forme

MessageSujet: Re: Kate Tully.   Dim 24 Oct - 18:59

Merci de la bienvenue :XD:

Comment ça tout l'après midi ? T'as fais une sieste entre deux paragraphes, avoue ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Vieux Loup Solitaire


Missives : 128
Date d'inscription : 20/10/2010
Age joueur : 32
T'es où? : Sous un arbre... SISI c'est possible
Occupations : Former ce foutu gamin à survivre à ces foutus cannibales
Tu t'sens comment? : Comme un chasseur attendant doucement que sa proie se place dans son viseur

MessageSujet: Re: Kate Tully.   Dim 24 Oct - 20:24

nonon je parlais de toute la fiche quand je disais toute l'aprem^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kate Tully.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kate Tully.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Man Hunt :: 

● Administration

 :: 
■ Passeports
 :: Validés
-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit